Menu
Politique de confidentialité

Cher client, nous sommes soucieux de préserver votre vie privée et de protéger la confidentialité des informations personnelles que vous nous confiez.

Le 25 mai 2018, est entré en vigueur le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), nouveau cadre européen de régulation de la confidentialité et de la sécurité des données à caractère personnel.

Cette nouvelle réglementation vient renforcer vos droits ainsi que la responsabilité des opérateurs qui sont amenés à collecter, traiter et utiliser des données à caractère personnel (adresse postale ou de messagerie, noms, prénoms, date de naissance, numéro de téléphone…)
Quelles données à caractère personnel êtes-vous amené à nous transmettre ?
Il s’agit de données indispensables à la relation commerciale (nom, prénom, numéro de téléphone, email) ou de données permettant de valider votre âge, votre identité et celle du représentant légal si vous êtes mineur (copie des pièces d’identité

Comment nous collectons ces données ?
La collecte de données à caractère personnel s’effectue par le biais de nos fiches de prise en note des projets, des fiches de consentement, de notre site Internet.

Lorsque des données à caractère personnel sont collectées, les champs obligatoires ou facultatifs pour l’exécution de notre service sont signalés.
Les informations ainsi communiquées sont enregistrées dans une base de données sécurisée.

Comment les données à caractère personnel sont-elles sécurisées ?
Nous veillons à la sécurité et à la protection de ces données à caractère personnel par la mise en place de mesures physiques, organisationnelles et techniques adéquates. Nous nous interdisons par ailleurs de communiquer ou de céder à des tiers ces données à caractère personnel qui ne sont utilisées que selon les modalités portées à votre connaissance.

Comment vous informer ou exprimer vos choix ?
Vous disposez d’un droit d’information, d’accès, de modification, de rectification, de suppression et de portabilité des données qui vous concernent. Pour l’exercer, nous vous invitons à prendre contact avec nous via l’adresse contact@colegram-tattoo.fr. Afin de répondre à votre demande, un justificatif d’identité sera exigé.

Quels sont les risques à faire un tatouage ?

Plusieurs risques sont à considérer lorsque l’on souhaite un tatouage. Les professionnels de ce métier doivent en informer leurs clients potentiels. En parallèle, il nous semble important d’indiquer également les mesures que nous mettons en œuvre pour limiter au maximum ces risques:

  • Contamination par le sang:

Sida et hépatites sont les virus les plus inquiétants à ce sujet. La contamination peut avoir lieu dans deux situations.

Si les aiguilles sont réutilisées, le sang qui les souille peut être vecteur. Nous utilisons du matériel stérile et à usage unique. Nous le déballons devant le client et faisons appel à “la Collecte Médicale” pour le retraitement de nos DASRI.

Si le professionnel se pique, son sang est sur les aiguilles. Il ne doit donc pas les réintroduire dans la peau du client.  Nous respectons un protocole identique à celui du personnel soignant, afin de nous préserver car nous sommes les premiers à prendre le risque de contamination en nous piquant. Ce protocole consiste en l’arrêt immédiat de l’acte, l’usage du Dakin et un traitement en urgence.

  • Infections et mycoses:

Bactéries et champignons en sont les agents. Ils sont présents naturellement sur la peau et dans notre environnement. Pour limiter ces risques, nous nettoyons quotidiennement les zones de travail et leurs surfaces avec des produits normés, virucides, bactéricides et fongicides. Nous portons des gants que nous mettons après avoir procédé à un double lavage des mains au savon antiseptique et au gel hydroalcoolique. Nous manipulons le matériel après avoir mis ces gants, et enfin, nous faisons une asepsie de la peau avec savon et lotion à base de chlorhexidine. Enfin, nous donnons des instructions et des conseils de soins afin que nos clients soient à même de gérer au mieux leur cicatrisation.

  • Allergies:

Nos produits sont ici en cause. Si le client se sait allergique au latex, à la chlorhexidine ou à d’autres substances, il est impératif de nous le signaler.

Il est possible pour toute personne qui le souhaite de faire un test cutané avant la séance de tatouage pour valider que les encres ne lui sont pas allergènes

  • Regrets:

Ce risque est le plus important. En effet, un choix trop rapide, fait trop jeune ou en ignorant les conseils du professionnel peut conduire à des regrets. Il faut bien prendre en compte les points suivants:

Un tatouage est fait dans la peau, support vivant et vieillissant. Tôt ou tard le tatouage évolue. Il a tendance à perdre en définition et à s’éclaircir, ceci à cause de la division cellulaire qui permet au cellules de la peau de se multiplier.

Un tatouage peut être déformé et abimé par le vécu du corps: croissance, prise de poids, grossesse, vergetures, cicatrices…

Un tatouage peut représenter un frein dans le monde professionnel: bien que de plus en plus accepté, certains employeurs peuvent considérer que le candidat tatoué ne donnerait pas une bonne image de leur entreprise.

Un tatouage est fait à une période de notre vie, mais il faut se demander si le sens et le motif du tatouage choisi continueront de nous plaire dans la durée,  et si on l’assumera pleinement.

 

 

 

Pour faire un tatouage chez Colegram, comment ça se passe?

Le candidat à un tattoo vient à la boutique pour parler de son projet, avec des visuels ou pas. (Il est préférable de prendre rendez-vous pour s’assurer de nos disponibilités)

Selon la complexité du projet, on peut directement poser un rendez-vous, ou alors un travail de création est nécessaire.
Dans ce cas, Il faut parfois  prendre des dimensions ou  faire une empreinte de la zone à tatouer.
Lorsque le dessin est réalisé (le délai d’attente est variable), on prévient la personne qui vient voir le dessin et on discute de ce qui va ou pas.
Une fois le dessin adéquat, on peut programmer une date de rendez-vous pour le tatouage.
Pour tout projet des arrhes sont demandées. Elles sont déduites du coût final du tatouage et sont conservées lorsqu’un dessin a été réalisé.

Le jour de la séance de tatouage, il est recommandé de venir avec l’estomac plein, le corps reposé et propre. Si on est malade il est préférable de reporter son RDV.
La salle de travail et son mobilier sont désinfectés quotidiennement et entre chaque client.Toutes les surfaces utilisées sont recouverte d’un film de protection. Le matériel utilisé est stérile à usage unique. Il est ouvert après lavage des mains et port des gants. La peau est aseptisée juste avant le début du tatouage.

En fin de séance,une fiche de soin est remise et un petit explicatif est fait, afin de savoir comment gérer les suites du tatouage. Et bien entendu nous restons joignable pour tout ce qui concerne le suivi et la cicatrisation.

 

Je peux mettre une crème anesthésiante?

Sur un plan strictement légal, en France, seul un médecin est habilité à prescrire une crème anesthésiante de par les substances qui la composent. Et par conséquent, un pharmacien ne peut pas vous vendre ce type de produit sans ordonnance.

Nous n’avons pas de crèmes anesthésiantes et n’avons pas le droit d’en utiliser.

Si votre médecin accepte de vous en prescrire, et que vous décidez d’en mettre avant votre venue, nous nous déchargeons de tout problème consécutif à votre choix.

Sachez que la crème reste efficace sur un court terme, et peut perdre de son efficacité avant même que l’acte soit fini, et aussi qu’aucun test n’a été fait sur les incidences possibles de l’usage conjoint de nos produits et de ces crèmes. Une réaction allergique reste enfin un effet possible dangereux.

Nous vous recommandons d’éviter ces crèmes, surtout sans avis médical.

Mes problèmes de peau?

Quel est le principe du tatouage ?

Il s’agit d’introduire dans la peau des matières colorantes (pigments) : la couleur ainsi introduite apparaît ensuite par “transparence” après cicatrisation de la plaie provoquée par le piquage.
La peau est composée de trois couches (épiderme, derme et hypoderme) : l’encre est déposée par l’aiguille dans un espace assez précis à la limite entre le derme et l’épiderme. La profondeur de la piqûre varie en fonction des types de peaux et des parties du corps : entre 1 et 4 mm, les zones les plus épaisses se situant dans le dos.


Tous les types de peaux peuvent-ils être tatoués ?

A priori oui, du moment qu’elles ne sont allergiques à aucun produit ou encre utilisés pour le tatouage. Il faut cependant savoir que le “rendu” des couleurs (dont le noir) varie selon la pigmentation naturelle de la peau : injustice épidermique, les peaux claires, plus fines et donc plus “transparentes”, donnent les tons les plus éclatants ; les peaux très foncées à noires quant à elles, sont généralement limitées à accueillir du noir, seule couleur qui “transparaît” à travers l’épiderme, plus épais. Par ailleurs, une peau trop foncée rend le tracé délicat : cela équivaut à tracer un dessin au crayon noir sur une page noire…

Les peaux “à problèmes” doivent susciter une attention particulière, voire une contre-indication au tatouage :
Acné. Une peau acnéique doit être traitée avant d’envisager un tatouage. A savoir qu’un traitement sous Roaccutane® assèche la peau, peut provoquer des démangeaisons, et ralentit la cicatrisation : le tatouage est déconseillé, sinon doit être suivi si possible par un dermatologue.
Psoriasis. Le tatouage représente un traumatisme pour la peau susceptible de révéler un psoriasis chez les personnes déjà atteintes. Dans la pratique, on observe peu de psoriasis persistant sur les tatouages s’il n’y a pas de lésion avant 6 semaines après le tatouage.
Eczéma. Un traitement sous cortisone doit proscrire absolument un tatouage. Il est préférable d’attendre plusieurs mois après la fin d’un traitement avant d’envisager un tatouage sur une zone qui n’a pas montré de signes d’eczéma.
Vitiligo. Lorsqu’on tatoue une plaque de vitiligo, les pigments du tatouage “virent”. Par ailleurs, le vitiligo est une maladie immunologique : le tatoueur, en piquant une personne atteinte, risque fort de déclencher une poussée de vitiligo.


Précautions particulières

Grains de beauté. Ils ne doivent pas être tatoués (le tatoueur peut les contourner), parce qu’un tatouage pourrait gêner la surveillance de leur éventuelle évolution. Les tâches de rousseur, sans relief, ne présentent a priori aucun inconvénient médical à être piquées.
Cicatrices. Elles peuvent être tatouées si elles sont suffisamment anciennes (d’au moins un an). Les chéloïdes (hypertrophies cutanées qui se développent sur une cicatrice) contre-indiquent totalement le tatouage.

Les mains et les pieds
Les tatouages sur la plante des pieds, sous les orteils, sur la paume des mains et sur l’intérieur des doigts sont très difficiles à tatouer car la peau est très épaisse. De plus, ils ne tiennent généralement pas dans le temps car l’effet de transparence est quasiment nul et que la peau sur ces zones se renouvelle rapidement.

Bronzage
Evitez de bronzer votre peau au moins pendant un mois précédent une séance de tatouage : une peau récemment bronzée peut gêner le travail du tatoueur (peaux mortes qui apparaissent lors de l’encrage).


Comment un tatouage vieillit-il ?

La manière dont le motif a été piqué et la qualité de l’encre sont les premiers éléments déterminant la “durée de vie” du tatouage.

Le style du dessin est un autre élément : plus les traits sont fins, plus ils s’estomperont avec le temps ; les couleurs perdent inévitablement de leur éclat au bout de quelques années.
En dehors de toutes considérations artistiques et de goûts personnels, on peut dire que les pièces les plus “résistantes” au temps sont celles qui contiennent peu de détails, des traits épais, des lignes aérées, éventuellement de gros aplats de couleurs peu nuancées et correctement encrées (exemple : les tatouages “old school”).
Une petite pièce et/ou trop détaillée a de grandes chances de devenir une tâche baveuse… “C’est un frein énorme quand la pièce est trop petite”, confirme Patrick Chaudesaigues de Brive. “En peinture, un miniaturiste peut réussir, la toile ne bougera pas. En revanche, dans la peau, les risques sont plus élevés à cause d’un mauvais vieillissement des tissus.”

Le tatouage vieillit avec son support : la peau. Si celle-ci subit des dommages (cicatrices, brûlures, etc.), le tatouage aussi. C’est pourquoi les tatoués soucieux de préserver l’aspect de leurs tatouages tâchent de ne pas trop s’exposer aux UV (et/ou utilisent un produit de protection à indice élévé). Un entretien de l’épiderme avec une crème hydratante peut être un plus, afin de retarder le vieillissement de la peau et ce qui va avec : rides, vergetures, etc….
La peau peut également bouger en cas de variations conséquentes de poids (amaigrissement, prise de poids, grossesse, prise de masse importante, etc.). Le futur tatoué peut tenir compte de ce paramètre s’il envisage un amaigrissement ou une prise de masse équivalent à 15-20 kilos…
A noter que certains types de motifs “supportent” mieux les déformations que d’autres (exemple : motif abstrait versus portrait).
A savoir enfin qu’un vieux tatouage peut la plupart du temps être “retouché”, voire recouvert si besoin


source Tatouagedoc.net

 

Je suis mineur, vous acceptez de me tatouer ?
  1. Un tatouage, c’est de l’encre emprisonnée dans la peau, et plus précisément dans les cellules du derme. Plus on est jeune, et plus les cellules de la peau se multiplient vite. Elles se multiplient en se divisant, ce qui signifie que sur un certain terme, l’encre va peu à peu être diluée et dispersée dans la peau. En résumé, si à 16 ans on se fait tatouer, il y a de grandes chances qu’à 26 ans, alors qu’on est encore très jeune, on ait déjà un tattoo vieux de 10 ans , fané, vieilli, décoloré…
  2. Un tatouage, c’est plus ou moins visible, et même si de plus en plus de gens en ont, si ça se démocratise, il y a toujours des personnes qui portent un jugement négatif sur le tattoo. Quand on est jeune, on n’a pas encore de situation professionnelle, et parfois on ne sais pas encore ce qu’on veut faire de sa vie… on peut finalement opter pour un travail, un métier dans lequel il sera préférable de ne pas avoir de tattoo apparent, mais on ne le sais pas encore. En résumé, c’est dommage de risquer de perdre des opportunités professionnelles à cause d’un tattoo…
  3. Un tatouage, c’est pour la vie, et il est très difficile quand on est jeune de savoir comment on sera dans vingt ans, il est difficile d’être sur qu’on sera toujours dans le même état d’esprit, avec les mêmes gouts,  envies, passions. En résumé, on peut voir changer plein de choses dans sa vie, mais pas de peau…

Si malgré tout, un jeune de 16 ou 17 ans souhaite un tatouage, il peut venir avec un de ses parents ou les deux afin d’en discuter avec nous. Par la suite, consentement écrit et pièces d’identités seront nécessaires.

 

Un tatouage, ça fait mal?

La douleur est une notion subjective:

Nous avons tous des terminaisons nerveuses dans la peau qui vont capter la douleur de la piqure. Cette douleur sera transmise au cerveau par les nerfs. Nous avons tous un “câblage nerveux” différent, et notre perception de la douleur est très personnelle. Que ce soit la zone, l’intensité ou la nature de la douleur, nul ne peut savoir à votre place si cela va être plus ou moins pénible.

Dire qu’un tatouage est indolore serait mentir, cependant, la douleur ressentie est très souvent gérable et endurable sur une certaine durée. Voyez autour de vous le nombre de gens qui ont des tatouages …

Dans ces conditions, seule la motivation compte. Si votre envie est atténuée par la crainte de la douleur, vous n’êtes peut être pas prêt à franchir le pas. 

Comment se rendre à la boutique ?

TRAM T3 ARRÊT “MEYZIEU GARE” puis 7 mn à pied

BUS 67/ 85/ 95 ARRÊTS “8 MAI 1945” ET “VACHER” puis 2 mn à pied